FTZ > Projet > Objectifs

 

Les zones franches

D’après l’OCDE, les zones franches  « constituent un optimum de second rang …, car elles ne profitent qu’à un petit nombre et créent des distorsions dans l’attribution des ressources, mais elles peuvent contribuer à encourager la libéralisation des échanges au niveau national. » Il s’agira d’approfondir, de préciser et, le cas échéant, de critiquer ce constat en identifiant mieux les effets des zones franches.

Les zones franches, malgré leur importance croissante, ont été peu étudiées sur le plan théorique comme sur le plan empirique.  Il n’existe pas de théorie des zones franches, comme il existe une théorie de l’intégration régionale.

 

 

La zone franche de Manaus

Ce projet sera d’abord réalisé par une étude transversale sur les ZFE mais qui se prolongera par une étude beaucoup plus précise de la nature et des effets de la Zone Franche de Manaus (ZFM) sur le commerce, la pauvreté, les inégalités, l’environnement naturel, économique et social.

Ces différentes études fondées sur une grille théorique isolant les effets contradictoires des zones franches, s’appuieront sur des méthodes économétriques avancées à partir de données disponibles à un niveau fin ou à partir d’enquêtes sur le terrain.

Le projet doit aboutir à des résultats précis sur les effets des zones franches en général et la ZFM en particulier : effets sur le commerce interne et externe, sur le développement industriel et régional, sur la pauvreté, les inégalités, les pratiques sociales des entreprises installées. Ces résultats permettront d’éclairer les avantages et les inconvénients des zones franches pour le Brésil et au-delà, éclaireront les parties-prenantes (ONG, syndicats, organisations internationales, responsables des politiques commerciales) sur l’opportunité des régimes d’exception dont bénéficient les zones franches.


Zones franches et société

Les études de l’influence de la mondialisation, et des zones franches qui en sont un des moteurs,sur les inégalités et la pauvreté ont souvent conclu à relation négative entre l’ouverture et la pauvreté et positive avec les inégalités. La ZFM présente un terrain particulièrement original et intéressant par son ouverture centréesur les importations et qui permet de mieux isoler l’impact de l’ouverture.

Les pratiques sociales des zones franches ont souvent été mises en cause. Les zones franches relèvent-elles d’un mécanisme de « dumping » fiscal, social ou environnemental entrainant les autres pays (et, ici, les autres régions du même pays) dans une course au « moins-disant » ? Compte tenu du passé et des traditions de la région de Manaus, une analyse fine des effets est alors indispensable : respect du droit du travail, situation des femmes, conséquences sur les peuples indigènes , sensibilité environnementale de la région, notamment aux infrastructures de transport, gestion de l’eau, de l’apport en énergie. 

 

 

Chiffres

  • Le nombre de zones franches d’exportation dans le Monde serait passé de 76 dans 25 pays en 1975 à 3500 dans 130 pays en 2006. Le nombre de salariés aurait triplé.